découvrir le trx

On a testé pour vous… le TRX

Une discipline fitness, des sangles : voilà une invention qui nous intriguait ! 
Eléonore et Gabrielle se sont mises au TRX le temps d’une séance. Attachez-vous !

 

exercice trx

Le TRX pour les nuls

Définition classique :

Activité permettant de se sculpter un corps digne d’un GI grâce à des sangles apportant un aspect ludique à l’effort.

Définition sans langue de bois :

Activité étrange pour masochistes avancés et amateurs de sangles en tout genre. À ne pas confondre avec le T-Rex.

trx entrainement

Opération commando

Fini les noms sympas type yoga, zumba, lia, etc. L’heure est passée aux acronymes qu’on préfère ne pas comprendre avant d’entrer dans la salle. Puisque vous insistez, TRX signifie Total Resistance eXercise. A l’instar du Boot camp, le TRX est né chez les commandos américains en plein désert. Ce système d’entraînement est basé sur l’utilisation de sangles qui, accrochées en hauteur, permettent d’effectuer des mouvements de traction en utilisant le poids du corps.

Attache-moi si tu peux

J’arrive sur place pas très à l’aise, au milieu d’une salle d’habitués. Je découvre alors de très près l’objet de torture. Pas rassurée. Un léger vent de panique me parcoure au moment d’ajuster la hauteur des sangles. Je ne comprends pas comment ca fonctionne ! Un mal pour un bien : le temps perdu me permet de souffler (discrètement ?) entre deux exercices !

Le cours, de 30 à 45min, commence par des échauffements classiques, avant d’entrer dans le dur. Il se compose alors en deux temps : la partie debout, où l’on tient les poignées par les mains pour des exercices de renforcement musculaire du haut du corps, puis une partie au sol, en plaçant les pieds dans les sangles pour cibler le bas du corps. On s’appuie sur son propre poids pour travailler en suspension. Le but du jeu est de gainer ses abdominaux au maximum et d’utiliser sa force pour conserver l’équilibre…ou pas !

Pompe, fente, mountain climber… les exercices à faire sont assez classiques si on est habitué au fitness. Petit détail : chacun de ces mouvements se fait en tenant les sangles, bien évidemment. Si cela rend la chose plus complexe, ça la rend aussi clairement plus fun.

A group of people doing suspension training at the gym.

A group of people doing suspension training at the gym.

 

N’est pas GI qui veut

On ne voit pas le temps passer, pour autant on souffre de la première à la dernière minute. J’ai du à plusieurs reprises lâcher les sangles pour relâcher mes muscles qui ne sont pas (encore) assez résistants pour suivre une séance complète. Selon moi, la principale difficulté des exercices vient du niveau de force et de musculature nécessaire. Ca tire partout, ca chauffe dans tous les sens. A cela s’ajoute une cadence assez élevée qui ne facilite pas le tout ! On ne s’arrête que pour changer de mouvement et faire varier la hauteur des sangles. Pas le temps de respirer.

Sangler plus pour travailler plus

A la fin du cours, je me surprends à avoir à peine transpiré ! Pour autant, je sens que mes muscles ont bien plus travaillé que d’habitude. Je ne vous parle même pas des courbatures les jours suivants qui m’empêchaient presque de lever le bras ! On prend alors conscience de l’importance du travail musculaire effectué. Et l’on se dit qu’avec une pratique régulière, l’effet va très vite se sentir. Tour d’horizon des bienfaits du TRX :

  • Tonification de l’ensemble de la silhouette
  • Amélioration de l’endurance, de la coordination et de l’équilibre
  • Amélioration des capacités cardiaques et pulmonaires
  • Perte de poids 

Dans quelles salles « TRXer » son corps ?

Un nombre croissant de salles référencées sur Gymlib propose cette activité dans leur grille de rentrée. En voici quelques unes :

Magic Form : 10 euros la séance

Club M : 10 euros la séance

Orange bleue : 10 euros la séance

HealthCity (Paris) : 20 euros la séance

Front de Seine (Paris) : 25 euros la séance

Et des dizaines d’autres salles sur Gymlib.com

Start the conversation